Pourquoi les banques ont besoin de fonds propres ?

L’article examine l’importance de la solidité financière des banques et les différentes réglementations mises en place.

  • Les accords de Bâle fixent les ratios de solvabilité des banques.
  • Bâle III a ajouté des coussins supplémentaires pour les banques systémiques.
  • Les banques françaises surpassent la moyenne européenne.
  • Les six plus grandes banques françaises montrent une grande résilience.
  • Augmenter les fonds propres peut nuire à la rentabilité et à la croissance.

Les banques doivent maintenir une grande solidité financière pour assurer la stabilité du système financier et de l’économie. Cette solidité, mesurée par les fonds propres, détermine leur capacité à absorber les risques associés à leurs activités. Cela inclut les non-remboursements de crédits ou les pertes de valeur des actifs.

Les règles du comité de bâle

Le Comité de Bâle, par l’intermédiaire de la Banque des Règlements Internationaux (BRI), a instauré des règles pour garantir la solvabilité des banques. Les accords de Bâle fixent les ratios de solvabilité que les banques doivent respecter pour maintenir leur solidité financière.

Initialement, le ratio de Bâle I, mis en place en 1988, obligeait les banques à détenir au moins 8 % de fonds propres par rapport à leurs engagements. Ce ratio servait de base à la solvabilité bancaire.

En 2006, les accords de Bâle II ont affiné ce ratio. Ils ont intégré les risques de marché, de crédit et opérationnels. Le ratio global était décomposé en « Tier 1 » de 4 % et « Tier 2 » de 4 %.

La crise de 2007-2008 a mis en lumière les faiblesses des ratios de solvabilité. Cette crise a conduit à l’introduction des accords de Bâle III en 2010.

Bâle iii, une règlementation adaptée  ?

Bâle III a relevé les exigences minimales de fonds propres. Il a fixé le ratio « Core Tier 1 » de 2 % à 4,5 % et ajouté un coussin de sécurité de 2,5%. Ce qui porte le ratio de solvabilité minimum global à 10,5 %.

De plus, des coussins contra-cycliques et des coussins pour les banques d’importance systémique ont été institués. Ces mesures visent à renforcer la résilience des banques en période de récession ou de crise financière.

Les fonds propres réglementaires sont continuellement augmentés pour les grandes banques. L’objectif à terme est de 16 à 20 % des actifs pondérés par les risques pour garantir une meilleure stabilité et efficacité du système bancaire.

Cependant, augmenter excessivement les fonds propres peut réduire la rentabilité des banques. Cela peut également augmenter les coûts de financement, ce qui peut nuire à l’investissement et à la croissance économique. La fin du « bail out » au profit du « bail in » signifie que les actionnaires et créanciers doivent supporter les pertes en cas de crise. Cela augmente donc les coûts de financement des banques et les taux d’intérêt des crédits.

La situation des banques françaises

Les banques françaises ont suivi les réglementations de Bâle avec rigueur. Selon les rapports 2021 de l’ACPR, elles ont consolidé leur situation prudentielle. Les résultats financiers records et l’amélioration des portefeuilles de crédit ont permis de maintenir leur solvabilité à des niveaux supérieurs à la moyenne européenne.

Voici les principaux éléments observés :

  • Amélioration des portefeuilles de crédit
  • Consolidation de la situation prudentielle
  • Résultats financiers record

Les fond propres jouent un rôle central dans la régulation bancaire. Leur augmentation est justifiée par la nécessité de couvrir des risques élevés et de résister aux crises financières sans l’aide des États.

Ratios de solvabilité des six plus grandes banques françaises

Les six plus grandes banques françaises montrent des ratios de solvabilité conformes aux exigences de Bâle III. Voici quelques exemples concrets :

Banque Ratio de solvabilité Niveau de fonds propres
Banque A 17 % 14 milliards EUR
Banque B 16,5 % 12,5 milliards EUR
Banque C 18 % 15 milliards EUR
Banque D 16 % 13 milliards EUR
Banque E 17,5 % 14,5 milliards EUR
Banque F 18,2 % 16 milliards EUR

Ces chiffres illustrent la résilience et la solidité des principales banques françaises, capables de faire face aux engagements et de soutenir l’économie en période de stress.

Pourquoi les banques ont besoin de fonds propres ?

Défis et perspectives

Les banques font face à plusieurs défis pour maintenir une solide base de fonds propres. La complexité des fonds propres entre définitions comptables, prudentielles, et de marché représente un défi. Les banques doivent suivre des règles variées pour gérer leur solidité financière et leur performance.

Les exigences accrues de fonds propres doivent être équilibrées. Trop de fonds propres peuvent nuire à la rentabilité et augmenter les coûts de financement, limitant l’investissement et la croissance économique. Les banques d’importance systémique doivent particulièrement prêter attention à ces facteurs pour éviter des crises majeures.

Enfin, il est important pour les banques de trouver un équilibre entre la sécurité financière et la rentabilité, afin de soutenir l’économie tout en étant prêt à faire face à d’éventuelles crises.

Pour en savoir plus sur la structure financière des entreprises et d’autres sujets financiers, vous pouvez consulter ce Guide complet sur le paiement de la TVA pour les auto-entrepreneurs : Astuces et conseils ou découvrir comment optimiser vos finances en tant qu’entrepreneur avec ce guide sur la déduction de la TVA pour les auto-entrepreneurs.