Godot et Fils, tout savoir sur l’entreprise

Godot et Fils, tout savoir sur l’entreprise

Godot & fils ? Déjà entendu parlé? Non ? Eh pourtant… Il s’agit d’un réseau bien connu e commerçant actifs dans le rachat et la vente d’or. Ce type de commerce est millénaire et chaque civilisation depuis l’antiquité a travaillé dans ce domaine. Cette entreprise est la dernière incarnation sur le territoire français. Et, loin d’être des nouveaux venus, cette entreprise est tout de même active depuis 1933 ! Dans cet article, nous vous racontons tout ce qu’il y a à savoir sur Godot et fils, mais aussi sur le commerce de l’or et son utilité.

Comment est née la maison Godot et fils ?

Comme nous le disions dans la ligne juste au-dessus, Godot et fils est né en 1933. Une période d’après-guerre, ou plutôt d’entre-deux guerre qui n’était pas propice à l’envol des jeunes entreprises. En effet, avec la fin de la guerre, une période difficile s’est abattue sur toute l’Europe, et sur le monde entier au final. Il a fallu beaucoup reconstruire, beaucoup travailler. Des fortunes se sont faites, mais nombreux sont ceux qui ont beaucoup perdu. Cette période a duré 10 ans, jusqu’en 1929 où un krach boursier a eu lieu. Cela précipita de nombreuses familles dans la pauvreté et la détresse.

lingot d'or
Les lingots d’or, comme on en a tous rêvé.

Si le krach a lieu en 1929, il met tout de même plusieurs mois pour arriver en Europe et pour que ses effets se fassent sentir. En effet, la rapidité des informations et les implications mettaient plus longtemps à se propager qu’aujourd’hui, heure de l’instantanéité. De fait, de nombreux Français avait besoin d’argent et la vente de leurs bijoux et biens familiaux était une source de revenu comme les autres.

C’est ainsi que sont nés plusieurs commerces actifs dans le domaine de l’or et qui facilitaient l’échange entre les particuliers et les fabricants. Les premiers avaient besoin d’argent et revendaient leur or, les seconds utilisaient l’or pour fabriquer de nouveaux bijoux, à travers une refonte du métal précieux.

Godot & fils, c’est justement une de ces entreprises. Ce qu’on pourrait appeler un entremetteur, ou plus justement un intermédiaire qui rémunère justement le particulier et qui fait une marge à la revente.

Godot et fils, toute une histoire

La première appellation de Godot & fils fut « Banque André Godovannikoff« , du nom de son fondateur. L’adresse était spécialisée en change avec une spécialisation de pointe dans le commerce des métaux précieux (or et argent). Ces métaux sont ceux utilisés en bijouterie.

Les années 30 sont propices à l’essor de l’activité, car il y a une forte demande pour ce type de service. Comme nous l’expliquions, la revente de bijou en métal précieux était une source de revenu pour certaines familles désargentées.  Mais cette période ne fut que de courte durée , puisque dès les années 40, la guerre arrête tout. L’Occupation fait que ce type d’activité est devenue superflue et qu’elle n’a plus de raison d’être, puisque de nombreux biens sont confisqués.

Ce n’est donc qu’au sortir de la guerre que l’enseigne peut rouvrir, en 1948. Sauf que le nom change. Ce n’est plus l’établissement d’André Godovannikof, mais la S. A. Changes et Métaux précieux Godot & fils. Le nom est plus simple, ça sonne mieux à l’oreille et cela donne un côté plus ancien et donc plus de confiance. Durant des années, le marché se développe et l’affaire vit au rythme de la société en s’agrandissant petit à petit.

Dans les années 70, Godot & fils a fini par devenir l’une des références du secteur et sur le marché de l’or physique. En tant que tel, l’entreprise participe activement aux échanges et transactions qui s’effectue à la Corbeille.

La Corbeille, c’est cet endroit mythique qui trône au centre de la Bourse et où les traders se disputent les titres. Aujourd’hui, cela n’existe plus, évidemment. En fait, la Corbeille a disparu de la Bourse française en 1987, suite à la modernisation de cette dernière. En bref, chaque jour, Godot et Fils était représenté autour de la Corbeille et participait à la criée à la Bourse de l’or physique. C’est-à-dire, sur le marché des pièces et des lingots d’or.

Les années 90 sont une autre période creuse qui suit une période faste. A nouveau le marché s’effondre aux Etats-Unis et une partie des valeurs du marché sont cotées plus bas. Cette mise à niveau à grande échelle fait beaucoup de tort au commerce de l’or, qui souffre en plus d’un taux bas de l’or. Une chose à laquelle beaucoup d’entreprise n’était pas préparée. Mais, Godot et Fils, ayant plus de 50 ans d’expérience, a su pérenniser et consolider sa position sur le marché.  La crise est passée et l’entreprise en est sortie la tête haute.

corbeille
La Corbeille, lieu de criée où les traders effectuent leurs achats de titres et valeurs.

Godot et Fils, achat d’or et d’argent

Aujourd’hui, Godot et Fils est surtout connu pour sa présence sur internet au travers de la plateforme Achat-or-et-argent. On y retrouve de nombreuses collections en or et en argent ainsi que la possibilité de revendre ses biens.

Aujourd’hui, Godot et Fils, c’est aussi une enseigne sise à proximité de la Bourse. Elle fait figure d’ancienne maison dans ce monde très fermé.

Son activité actuelle est surtout spécialisée dans l’activité numismatique, c’est-à-dire des pièces de monnaies. En effet, elle met en vente de nombreuses pièces de monnaie frappées en édition limitée et toujours en or ou en argent fin. On retrouve, par exemple, de nombreuses pièces commémoratives frappées par l’hôtel des Monnaies de Paris, des pièces frappées par des artisans et joailliers situés sur la place Vendôme. En bref, ils ont un catalogue très large et qui ne se limite pas uniquement à la France, mais aussi au reste du monde avec des pièces de l’autre bout du monde.

Par exemple :

  • un kangourou en or du territoire de Perth
  • des pièces commémoratives japonaises
  • des pièces commémoratives britanniques
  • des silver coins américains
  • des pièces antiques

A côté de cela, l’enseigne fait également dans le commerce d’or et d’argent sous forme de lingots et lingotins.

Pour asseoir sa réputation, Godot et Fils travaille sur deux terrains à la fois :

  • internet avec la plateforme achat-or-et-vente
  • le commerce physique avec l’ouverture de magasins franchisés

Le commerce aujourd’hui

Actuellement Godot et Fils regroupe 3 activités rémunératrices.

Premièrement, l’enseigne s’occupe toujours du négoce d’or et d’argent, comme le prouve son site. Ils s’occupent de vendre des lingots, des pièces en or et en argent aux passionnés, aux numismates et aux investisseurs. De l’or physique, entendons-nous, et non de l’or papier ou des titres. Quand vous entrez dans le magasin, c’est pour en ressortir avec un véritable lingot.

Deuxièmement, Godot et Fils rachète les bijoux en or et autres pièces en or. Les cotes sont officielles et consultables sur leur site internet. Le prix proposé est légèrement inférieur au prix du marché. Cette marge permet à la société de se rémunérer, mais aussi de faire face aux fluctuations du marché. En effet, l’once d’or peut se déprécier entre le moment où ils vous l’achètent et le moment où ils la revendent. Cela dit, la marge est très faible, de l’ordre de quelques pourcents.

Troisièmement, le commerce de change est toujours lucratif, c’est-à-dire la vente de devises étrangères. En cela, la franchise de Versailles est idéale pour les touristes qui peuvent échanger leurs yens, dollars et roubles en euros.

bourse de paris
La Bourse de Paris, à proximité de laquelle se trouve le magasin Godot et Fils

L’or, ce métal à la valeur incroyable

L’or est un métal incroyable qui fait tourner la tête de plus d’une personne. Il a représenté de tout temps le pouvoir et la possibilité de s’offrir ce qu’on voulait. Déjà les empereurs romains, les Grecs et els Egyptiens avant eux, commerçaient avec de l’or ou du sel. Aujourd’hui, l’or n’a rien perdu de sa superbe. Et encore au 20 ème siècle, il a servi de monnaie étalon pour fixer les taux de change et éviter des dévalorisations de monnaie.

Aujourd’hui, l’or est encore considéré comme une valeur refuge, une de celle qui ne bouge pas et qui fait face aux dépréciations sans sourciller. Une valeur dans laquelle l’argent ne perd, justement, pas de sa valeur.

Pourtant, avant de se lancer dans l’achat d’or et investir dans ce métal précieux, il faut quand même avoir un minimum de connaissance… Surtout que le cours de l’or n’a jamais autant fluctué que ces 40 dernières années. Ce qui déconcerte plus d’un économiste.

En effet, le prix de l’or a toujours eu plus ou moins la même valeur. L’or est un métal. Il ne se crée pas. On l’extrait du sol, on le raffine et on le fond en lingot. Il ne se recycle pas, mais se refond uniquement. Et la quantité sur terre n’a jamais changé… Seule l’extraction du minerai peut augmenter la quantité d’or en circulation. Autant dire que la valeur d’un tel bien ne peut pas changer et qu’hormis une demande extrêmement forte, il n’y a pas grand chose qui puisse changer la valeur de ce métal.

C’est pour cela qu’on le considère comme valeur-refuge

Et pourtant !

Eh oui. L’or n’a jamais autant fluctué que ces dernières années. Une once d’or valait près de 700 dollars en 1980. 10 ans plus tard, la même once ne valait plus que 400 dollars. C’est d’ailleurs à ce moment-là que de nombreux marchands français ont commencé à avoir du mal à survivre, comme nous vous le disions plus haut. Avec un seuil d’à peine 384 dollars en 1995, puis 280 dollars en 2000.

Pourquoi une telle baisse ?

Tout simplement parce que des produits plus intéressants apparaissent à la même époque. D’une part, il y a la bulle internet. Tout le monde se jette dessus, sur les premières grosses boîtes et ce qu’on appelait à l’époque les dotcom.

Ensuite, il y l’or papier. L’or papier, ce sont des trackers qui intéressent les spéculateurs, car ils ont un très bon rendement et n’implique pas l’achat de biens physiques. Ce sont d’ailleurs les précurseurs des produits dérivés qui créeront la crise en 2008.

Ensuite, l’or remonte tout doucement avec la fin de la bulle internet, puis avec la crise de 2008 que nous évoquions justement. Le cours de l’or remonte. 400 dollars l’once en 2005, 555 en 2006, 760 en 2008 juste avant la crise. Deux ans plus tard, le record absolu est atteint … L’once vaut  1779 dollars. Evidemment, le monde est en plein dans la crise des subprimes de 2008, dans le sauvetage des banques et surtout, des pays comme la Grèce commencent à prévenir qu’ils risquent de faire défaut sur leur dette.

Celui qui s’intéresse à l’or doit donc s’intéresser à son marché. Or, comme on le voit, l’or n’est plus une valeur stable, mais il est devenu un produit dont la valeur augmente ou baisse en fonction de la conjoncture économique et  des opportunités d’investissement.

Preuve en est que le cours de l’or baisse continuellement et graduellement depuis quelques années, ce qui prouve que le marché est moins frileux et que petit à petit on repasse sur d’autres types d’investissements.

godot et fils négoce d'or
Godot et fils propose un modèle de franchise qui permet de trouver un marchand d’or à proximité de chez soi.

Le modèle de franchise comme source de développement

On le sait, il est difficile de se lancer seul comme indépendant ou avec sa création de société. Et il ne faut pas croire que c’est plus facile pour les sociétés déjà établies et qui cherchent de nouveaux débouchés.

La franchise est là pour ça.

Elle permet aux entreprises de développer un réseau national, à la hauteur de ses envies, tout en minimisant le risque et l’investissement.

Elle permet également à de jeunes entrepreneurs de créer un magasin à la notoriété établie et à la chaîne de production et de distribution bien rôdée. Seule contrepartie, la fidélité au franchiseur et une inévitable commission ou intéressement aux bénéfices.

Il ne faut pas non plus mettre de côté le fait que l’enseigne dispense une formation complète et offre un appui commercial, juridique et technique pour les franchisés.

A ce jour, Godot & Fils, ce sont 4 magasins qui ont ouverts sur le territoire français. Il y a le magasin de toujours, celui situé près de la bourse. Il y a également une franchise qui a ouvert à Toulouse, la toute première en France. Ensuite, sont venues s’ajouter deux autres franchises, celle de Versaille et celle de Neuilly.

L’entreprise n’a opté pour ce modèle qu’à partir de 2016, ce qui revient à dire qu’ils ouvrent une franchise chaque année. C’est un très bon rendement pour une entreprise active sur un marché très compétitif. Et cela laisse encore beaucoup de place pour couvrir le réseau national, puisque des villes comme Lyon, Bordeaux et Lille sont très loin d’être dépourvus d’intérêts. tout comme la côté d’azur qui attirent des millions de visiteurs et de clients potentiels, capables de débourser de grosses sommes pour des pièces d’exception.

Laisser un commentaire