Salaire d’un avocat

Pour être avocat, il faut avoir du bagou, oser parler en public et ne pas avoir peur de mettre sur la table des éléments en faveur de son client, quelle que soit la cause de sa présence devant la justice… Etre avocat, c’est aussi faire un choix d’une spécialisation, car le droit est tellement vaste qu’il n’est pas possible d’en maîtriser qu’une infime partie pour pouvoir défendre correctement son client. Enfin, c’est un métier qui brasse beaucoup d’argent du fait des enjeux qui existent. Pourtant, il semblerait que le métier d’avocat soit mal jugé, notamment au niveau financier, par les gens qui ne le sont pas… Alors, quel est exactement le salaire d’un avocat ? Et au bout de quelles études exactement ?

Etre avocat, ça veut dire quoi ?

Tout le monde a déjà vu au moins une fois une série ou un film mettant en avant un avocat. Actuellement, la série la plus notable est celle de ‘Suits’, avec Meghan Markle, la nouvelle princesse d’Angleterre qui s’est mariée avec Harry. Pour les générations plus anciennes, Ally McBeal et Keanu Reeves, l’avocat du diable, sont les personnages les plus marquants.

Mais être avocat, ce n’est pas tout à fait la même chose que l’on voit à la télé et bien souvent, la réalité est plus crue et fait moins envie.

Avant toute chose, un avocat est un spécialiste. Il se spécialise dans un domaine et apprend le droit qui s’y rapporte pour conseiller au mieux son client. On retrouve donc des avocats pénalistes, des avocats fiscalistes, des avocats d’affaires, des avocats spécialisés dans le divorce, les infractions de roulage, les mineurs, etc. Chaque spécialité nécessitant des études. En fait, il existe une spécialisation pour chaque facette du droit, même s’il existe des points communs et qu’un avocat peut être multitâches ou gérer plusieurs domaines. Néanmoins, si vous êtes à la recherche d’un avocat, vous opterez plutôt pour un avocat qui ne possède qu’une seule spécialisation.

Les avocats dits de proximité sont ceux qui sont le plus nombreux. Ils s’occupent des problèmes de la vie quotidienne et du droit qui s’y rattache. Par exemple, le droit du travail ou le droit de la famille. Les spécialités plus rares sont le droit des affaires ou le droit pénal qui s’applique uniquement aux crimes et délits. Mais ce sont probablement les deux créneaux qui sont le plus porteur.

Pour pouvoir exercer le droit et le métier d’avocat, celui-ci doit être inscrit à un barreau (ensemble des avocats rattachés à un tribunal de grande instance). Il est donc soumis, comme les médecins, à un ordre qui édicte les règles de déontologie qu’il doit suivre.

Travailler pour la justice
Travailler pour la justice est la mission d’un avocat

Le conseil juridique

Un avocat peut travailler seul, comme indépendant. Mais il peut aussi faire partie d’un cabinet d’avocats, ce qui lui permettra de mutualiser ses frais et de mieux gagner sa vie.

Cela dit, un avocat ne doit pas nécessairement travailler avec d’autres avocats. Il peut se faire engager dans des sociétés qui ont besoin de conseils juridiques, ou travailler comme conseil pour des sociétés qui n’ont pas le budget pour posséder un service de conseil juridique en interne.

Ces sociétés-là font d’ailleurs souvent appel à des avocats pour obtenir des informations sur des procédures ou pour régler des affaires juridiques qui les touchent et dont elles n’ont pas le temps ou les moyens de s’occuper.

D’ailleurs, de nombreuses sociétés qui possèdent un service juridique font également appel à des avocats extérieurs. Parfois, les problèmes sont tellement complexes que le personnel de la société ne peut y répondre ou n’a pas les capacités à trouver une solution. A cet égard, la grande force de l’avocat est de posséder la connaissance pratique du terrain, contrairement à un juriste assis derrière son bureau. Dans ces cas-là, l’avocat officie souvent comme conseil juridique pour la société (il donne des conseils) et comme défense (il défend la partie au tribunal).

Le conseil juridique s’opère le plus souvent auprès des entreprises qui cherchent avant tout à perdre de l’argent en procédure ou en procès. Bien plus que de l’argent, c’est souvent aussi une question d’image de marque. L’avocat intervient alors pour mettre de l’huile dans les rouages et permettre à tout le monde de s’entendre. C’est un peu le rôle du médiateur ou du démineur qui va désamorcer les bombes. Evidemment, si cette procédure à l’amiable ne fonctionne pas, l’avocat défendra son client lors d’un procès.

Un conseil pour les personnes privées également

Mais le conseil juridique est également là pour les personnes privées (comme le lecteur ou le rédacteur de cet article). Dans la vie, il arrive parfois qu’une personne soit confrontée à une situation qui la dépasse. Dans ce cas, elle ira chercher conseil auprès d’un professionnel, c’est-à-dire un avocat.

A nouveau, l’avocat pourra conseiller la personne dans la marche à suivre et lui expliquera la procédure normale des choses. Il n’est pas rare de constater que malgré les nombreuses séries, la liste interminable d’articles de presse sur des procès à sensations, la majorité du public n’est pas au fait de la question juridique.

En fait, la plupart des gens ignorent comment se déroulent une instruction judiciaire ou un procès et se retrouve bien démunis en se retrouvant dans une telle situation.

Il faut également souligner que la plupart des avocats offrent gracieusement leur conseil lors du premier rendez-vous avec un nouveau client. Le conseil est gratuit et se veut souvent avisé. Néanmoins, la personne qui consulte un avocat pour la première fois ne doit pas s’attendre à avoir la réponse à ses problèmes. Elle aura plutôt un aperçu des différentes possibilités qui s’offrent à elle et les conséquences que chacune d’elle engendre.

Un avocat ne peut obliger quelqu’un à aller dans une direction, c’est son devoir de réserve.

Un avocat ne peut pas promettre la lune, car il n’est jamais certain du résultat. In fine, c’est un juge qui décide.

Enfin, un avocat ne peut donner un conseil avisé qu’après avoir étudié toutes les pièces d’un dossier, ce qu’il ne fera qu’une fois qu’il est rémunéré.

Le relationnel est très important pour une avocate
Le relationnel est très important pour une avocate

Comment devient-on avocat ?

Pour devenir avocat, il faut suivre des études. Il s’agit d’une formation universitaire en bac +4 qui peut être obtenu dans une faculté de droit. C’est le niveau minimum qu’il faut pour pouvoir intégrer un CRFPA. Il en existe une douzaine réparti sur le territoire français et qui ne sont accessibles qu’après un examen des candidatures. Il est possible de déposer sa candidature en master 1, mais dans les faits, les étudiants attendent d’avoir obtenus leur master avant de postuler.

Seul 35 % des postulants sont finalement admis et l’examen d’entrée ne peut être tenté qu’à 3 reprises.

La formation dans un CRFPA dure 18 mois et se décompose en 3 modules :

  • le module de formation de 6 mois en CRFPA
  • le module de 6 à 8 mois qui est consacré à une spécialisation
  • un stage de 6 mois dans un cabinet d’avocat

A la fin de la formation, l’étudiant peut passer le CAPA, le certificat d’aptitude à la profession d’avocat. Une fois dans la poche, le jeune avocat peut alors prêter serment devant la cour d’appel et s’inscrire à un barreau pour devenir avocat.

Tout au long de sa formation, l’avocat aura appris à gérer les grandes masses de documents, à pouvoir les synthétiser et à exprimer oralement ce qu’il en a compris. D’ailleurs ses qualités d’orateur feront de lui un grand plaideur et se révéleront un atout indispensable pour réussir dans ce métier.

Quel est le salaire de l’avocat ?

Peu d’avocats feront part de leur rémunération. Et pour cause, elle varie fortement en fonction de son travail.

En début de carrière, l’avocat doit faire un compromis sur ses honoraires afin de gagner des clients et de se faire un nom. Car, il ne faut pas se leurrer, la clientèle d’un avocat se fait avant tout sur la renommée. Et cette renommée ne se gagne que devant des magistrats et en gagnant des affaires. Ce qui lui vaudra, à l’occasion, la publication de son nom dans la presse.

On peut estimer qu’en début de carrière, un avocat gagne entre 1.800  € et 2.700 € brut par mois. Cela revient au salaire d’un employé moyen avec un diplôme de master. Certains jeunes avocats se font parfois rémunérer comme des salariés par leur cabine avant de pouvoir se lancer comme profession libérale.

En moyenne, le salaire d’un avocat est estimé à environ 81.000 euros brut par an, ce qui équivaut à 6.700 euros par mois. Mais cette moyenne est tirée vers le haut par les avocats reconnus qui se font payer à prix d’or. Ce qui n’est pas le cas de la majorité des avocats. Mais s’il faut laisser de côté les rémunérations hors normes des avocats de pointe, il ne faut pas non plus croire que la plupart des avocats ont des difficultés en fin de mois avec leur salaire…

Seul moins de 1 % des avocats ont une rémunération inférieure à 20.000 euros brut par an, ce qui équivaut au salaire minimum pour un avocat (pénal, fiscaliste, etc.) qui débute.

Environ 10 % des avocats gagnent entre 40 et 45.000 euros bruts an, ce qui équivaut à un bon salaire moyen français.

Et 25 % des avocats ont une rémunération qui dépassent les 100.000 euros brut par an.

En fait, la profession d’avocat est un métier qui voit une très belle progression de son salaire au fil des ans et qui augmente avec l’âge. Les rémunérations sont d’ailleurs souvent liées à l’âge de l’avocat, puisque les avocats de 50 ans et plus gagnent plus ou moins 108.000 euros brut par an.

Quel salaire pour un avocat
Quel salaire pour un avocat ?

Comment bien calculer sa rémunération ?

Si l’on écarte l’avocat salarié, la rémunération d’un avocat dépendra du travail qu’il accompli. Qu’il travaille à son compte ou pour le compte d’un cabinet, il doit faire entrer des revenus sous forme d’honoraires.

Les honoraires sont ce que l’on facture au client. Mais tous les clients n’ont pas le même budget, ni les mêmes moyens. Il faut donc facturer ses services de manière avisée, en faisant parfois l’effort de réduire ses tarifs pour gagner des clients.

Il faut noter que la plupart des entreprises ne regardent pas au centime près les factures. Celles-ci passent en frais généraux et l’entreprise ne perd pas grand chose à demander une facture. C’est pourquoi, il est plus facile de gagner sa vie en travaillant comme conseil pour entreprise.

Lorsqu’un avocat agit pour un particulier, ce dernier ne possède pas nécessairement une assurance juridique qui couvrira les frais d’honoraires. Il faudra donc être attentif à la situation de chacun et donner un prix juste pour que la personne puisse avoir accès à des moyens de défense. Cela ne doit pas se faire au détriment de la rémunération de l’avocat, ni de la qualité du travail fourni.

Avocat
Avocat analysant un dossier

Quelle évolution de carrière pour un avocat ?

Un avocat n’a pas tellement d’évolution de carrière en tant que  tel. Il peut décider de prendre une autre voie et de choisir un autre plan de carrière, mais l’évolution est assez restreinte. Tout comme elle l’est pour un médecin.

En sortie d’école, la meilleure chose qu’un avocat peut faire (et c’est ce que fait la majorité d’entre eux), c’est de se choisir une spécialité. En fonction des affinités, on peut devenir avocat fiscaliste, avocat pénal, avocat du droit de la famille, etc. A noter que la spécialisation jouera énormément sur le salaire qu’on peut espérer toucher.

Ensuite, l’avocat doit choisir ce qu’il veut faire. Il peut devenir salarié, auquel cas son salaire sera fixe et n’augmentera pas.

Il peut devenir collaborateur dans un cabinet. L’avantage est qu’il existe là une possibilité d’évolution dans la hiérarchie interne, tout en ayant une assurance d’avoir une certaine clientèle assurée. Sa rémunération sera souvent un hybride entre un revenu minimum, les honoraires qu’il perçoit et une commission sur des affaires.

Ou alors, il peut opter pour l’ouverture de son propre cabinet. Son salaire est alors tout à fait libre et dépendra uniquement des honoraires qu’il facturera à ses clients et du travail accompli.

Laisser un commentaire