Salaire d’un chirurgien

La chirurgie est une spécialité de la médecine et est considérée comme une des spécialités médicales les plus à la pointe de la profession. LE chirurgien est en effet celui qui opère les gens et pose les actes médicaux les plus lourds et les plus dangereux, souvent pour sauver la vie du patient. Les actes chirurgicaux prennent de nombreuses formes, mais impliquent à chaque fois une prise en charge du patient, son anesthésie et son suivi postopératoire pour voir comment se déroule la suit de son opération. Le métier de chirurgien est donc loin d’être un métier facile ! C’est un métier difficile où il faut être résistant au stress, oser prendre des risques et assumer les risques liés aux opérations. C’est également un métier très humain dans lequel le contact avec le patient est intime et nécessite de la part du praticien une capacité d’écoute et d’empathie envers le patient.

Qu’est-ce que le métier de chirurgien ?

Le chirurgien est un médecin spécialisé en chirurgie et qui pratique des interventions chirurgicales, c’est-à-dire des opérations. Celles-ci peuvent concerner toutes les parties du corps, des pieds à la tête. Il peut se charger de retirer des organes et des tumeurs, réparer des parties du corps lors de fractures. Mais aussi intervenir sur des organes défectueux (pacemaker, insuffisances rénales, hémorragies), effectuer des transplantations, etc.

Cependant, le métier de chirurgien ne se limite pas à ouvrir des corps, opérer, puis refermer. Il y a également tous les actes médicaux qui tournent autour de l’opération. En effet, avant d’opérer il faut pratiquer des examens préliminaires, des examens pré-opératoires. Ces examens sont réalisés dans le cadre de l’opération et permettent de déterminer ce que le chirurgien devra exactement faire. Par exemple, lors d’une opération du poumon, il convient de vérifier la capacité respiratoire du patient, si ses voies respiratoires sont en bon ordre de marche, etc. Sur base des résultats, le chirurgien décide s’il faut opérer ou non. En effet, il peut résulter des recherches préliminaires que l’opération n’est pas indispensable et peut être remplacée par un acte médical moins invasif ou lourd. Cette décision est toujours prise en accord avec le patient et avec les autres professionnels de la santé qui ont conduit les examens. Un anesthésiste peut, par exemple, ne pas vouloir risquer une anesthésie si la personne est trop faible, trop âgée ou en surpoids. Parfois, cependant, la décision est prise unilatéralement, lorsqu’il s’agit de situations d’urgence.

Ce n’est que par la suite que le chirurgien va décider du mode opératoire et préparer son opération pour la réaliser au mieux. L’opération reste le cœur de métier du chirurgien et se déroule toujours dans le bloc opératoire. Dans sa salle d’op, le chirurgien n’est évidemment pas seul, il est entouré de son équipe : un ou plusieurs anesthésistes, des infirmières, un réanimateur, des étudiants ou des stagiaires.

Pour être à même de réaliser une opération, le chirurgien doit être sûr de lui et avoir plusieurs qualités qui feront de lui un excellent médecin :

  • il fait garder son sang-froid. Parfois, un imprévu voit le jour et met l’opération dans une situation critique. Il faut pouvoir rétablir la situation et reprendre le dessus en gardant la tête froide et en prenant les bonnes décisions.
  • l’habileté et la minutie sont de rigueur. Quand on travaille sur des organes ou des zones très sensibles, il faut faire preuve de doigté pour ne pas faire de mauvaise manipulation.
  • le chirurgien doit être résistant au stress et physiquement endurant. Les opérations peuvent durer plusieurs heures. Le chirurgien reste en général debout, concentré à l’extrême et prêt à réagir. Des situations difficiles pour le corps.

Lorsque tout cela est terminé, le chirurgien doit encore suivre son patient pendant une période plus ou moins longue suivant la lourdeur de l’intervention. Durant cette période, il va prescrire des soins post-opératoires, un traitement et des médicaments. Il reverra ensuite le patient une ou plusieurs fois pour faire le suivi et demandera, si nécessaire de nouveaux examens médicaux pour faire le point.

Un certain nombre de qualité est nécessaire pour pratiquer la chirurgie
Un certain nombre de qualité est nécessaire pour pratiquer la chirurgie

Le chirurgien, une spécialité

Le corps humain une machine extrêmement complexe et une seule personne ne peut maîtriser toutes les techniques et toutes les spécificités du corps. C’est pour cela qu’il existe une multitude de spécialités qui se rapportent toutes à un organe bien précis ou à un domaine bien précis. C’est ainsi qu’on voit des urologues, des néphrologues, des obstétriciens, des neurochirurgiens, etc.

Chacun possède son domaine de compétence et interviendra sur la zone pour laquelle il possède le savoir-faire. Pour y arriver, le chemin est long et les études aussi.

Quels sont les études du chirurgien ?

Le chirurgien est avant tout médecin. Il suit donc le cursus des études médicales comme tous les autres médecins. Le cursus médical est le suivant :

  • Il faut être détenteur d’un baccalauréat, de préférence scientifique.
  • Il faut suivre la première année de médecine. Cette année est commune aux études de santé, notamment avec les dentistes. On considère que moins de 20 % des étudiants en première année réussissent le concours d’entrée.
  • Les 2ème et 3ème année. C’est un tronc commun avec des cours magistraux, des TP, des stages, etc. L’étudiant revoit toutes les matières qui lui serviront plus tard. On parle d’anatomie, de physiologie, etc. Il existe toujours des cours optionnels, suivant l’intérêt de chacun. Au terme de ce premier cycle, l’étudiant reçoit le diplôme de formation générale en sciences médicales.
  • Les 4ème, 5ème et 6ème années. L’étudiant suit une formation médicale complète. Au terme de ce second cycle, l’étudiant reçoit le diplôme de formation approfondie en sciences médicales.
  • Vient les ECN, pour épreuves classantes nationales. Le classement final offre plus ou moins de possibilités pour choisir sa spécialité.
  • La spécialité. En ce qui concerne la chirurgie, il s’agit d’une formation en 4 ou 5 ans qui inclut de très nombreux stages, qu’ils soient dans un service hospitalier ou de garde. Au terme de cette formation, l’étudiant reçoit un DES (diplôme d’études spécialisées). Après une soutenance de thèse devant un jury, le candidat chirurgien reçoit un diplôme d’État de docteur en médecine.

Quel est le salaire d’un chirurgien ?

Le salaire d’un chirurgien est à la hauteur des responsabilité qu’il prend et du métier qu’il fait. Il est également en adéquation avec le temps passé aux études pour acquérir toutes les techniques nécessaires. En France, le salaire moyen d’un chirurgien dépasse les 100.000 euros bruts par an. Selon une étude, la fourchette se situe entre 3.594 et 32.049 euros bruts par mois. Avec, toujours, des exceptions.

Pour calculer avec précision le salaire d’un chirurgien, il faut prendre en compte plusieurs paramètres. En effet, la patientèle, le milieu où il opère, son domaine de spécialisation sont autant de facteurs déterminants. Car, il existe de très grandes disparités suivant le lieu où travaille le chirurgien, mais également en fonction de sa spécialité !

Selon certaines enquêtes, un praticien débutant ne toucherait que 4.000 euros brut par mois. A ce salaire, il convient de rajouter les primes et indemnités que peut toucher un chirurgien. Parmi les primes, on peut parler des heures supplémentaires, des tarifs spécifiques, des consultations, etc.

Il faut aussi tenir compte du lieu de travail du chirurgien. Nombre de spécialistes pratiquent des consultations privées dans un cabinet. Ces consultations ne sont pas régies par la loi et le praticien est libre de demander le montant qu’il souhaite pour une consultation. La concurrence entre spécialistes sur une zone géographique et la renommée du chirurgien feront la différence de prix de l’un à l’autre. Il faut savoir que 45 % des chirurgiens exercent leur métier en tant que profession libérale et fixent dont les tarifs eux-mêmes. 35 % d’entre eux ont un statut de salarié et suivent les règles dictées par le milieu hospitalier où ils exercent. Mais, 25 % des chirurgiens ont une activité mixte et cumulent du privé avec du public.

Chirurgien en action
Le salaire d’un chirurgien peut énormément varier

Quelles différences entre les chirurgiens ?

Les salaires varient grandement d’un chirurgien à un autre. Il n’est pas rare que l’un gagne le double de son confrère. Les raisons sont multiples. Un chirurgien en ville gagnera souvent un peu moins que ses confrères en zone de pénurie. Ces derniers peuvent faire grimper les tarifs. La patientèle est un autre facteur déterminant. Dans les beaux quartiers, les chirurgiens pratiqueront des honoraires plus élevés que dans les quartiers populaires. Enfin, les spécialités sont LE facteur déterminant qui fera la différence entre les différents chirurgiens.

Le chirurgien généraliste gagnera moins qu’un confrère spécialisé dans l’un ou l’autre domaine. Le fait d’être généraliste draine des patients dont les symptômes sont généralement moins graves ou bénins. Ces interventions légères seront donc forcément facturées moins chers qu’une opération délicate.

Parmi les chirurgiens spécialisés qui gagnent le plus, on retrouve donc ceux dont les spécialités touchent des organes délicats. Ce sont les neurochirurgien, les cardiologues, les néphrologues, etc.

De même, la rémunération au sein d’un même hôpital peut varier du simple au triple en fonction du chirurgien et de sa renommée. Le chirurgien est souvent considéré comme un atout par un hôpital et les salaires proposés sont souvent très attractif. Pour le milieu hospitalier, c’est l’assurance d’avoir des patients à opérer, des actes médicaux supplémentaires à faire, etc.

 Où travaille le chirurgien ?

Un chirurgien peut travailler dans le privé et exercer son métier comme une profession libérale. Il est alors dans un cabinet médical, seul ou à plusieurs, où il dispense ses consultations. Certains cabinets privés disposent également d’un bloc opératoire aux normes pour réaliser des interventions. Le plus souvent, ce sont des interventions rapides et bénignes qui ne nécessitent pas de suivi lourd. L’exemple le plus flagrant est celui des chirurgiens plastiques. Ils opèrent dans leurs cabinets avec une équipe de salariés (infirmières, etc.) qu’ils rémunèrent eux-mêmes. Ce genre de cabinets privés peut se révéler extrêmement coûteux à mettre en place pour un chirurgien, coût qui se répercutera sur les opérations.

Un chirurgien peut travailler dans le secteur public, c’est-à-dire dans un hôpital, une clinique, etc. A partir de ce moment-là, le chirurgien est considéré comme un salarié et c’est l’hôpital qui le rémunère. Son salaire est alors plus bas qu’en tant que profession libérale. Mais, il n’a pas de charges à payer par lui-même, n’a pas de frais liés à un cabinet, etc. En outre, le salaire perçu est un salaire-poche, duquel il ne devra rien déduire. Les cotisations sont payées à la source par l’employeur…

Les hôpitaux publics sont une aubaine pour les chirurgiens, car ils leur permettent d’avoir une majorité de leurs patients. Cela leur assure également d’avoir un agenda rempli et un salaire à la fin du mois.

Une troisième possibilité qui s’offre au chirurgien est de devenir enseignant ou chercheur dans un laboratoire.

Chirurgien en hôpital
Un chirurgien peut exercer dans le secteur public ou en tant que profession libérale

Quelles sont les charges d’un chirurgien ?

Un chirurgien doit faire face à certaines charges. Certaines sont incompressibles et liées à leur pratique, d’autres sont les investissements mis dans leur outil de travail.

Pour les chirurgiens qui ont opté pour un travail libéral, les charges sont évidemment plus nombreuses. Comme tout indépendant, le chirurgien devra s’acquitter de ses cotisations, taxes et autres prélèvements de l’Etat. Pour cela, il devra faire appel à un comptable afin d’économiser du temps et d’éviter les erreurs qui pourraient lui valoir un redressement fiscal. En outre, il doit couvrir les investissements dans son matériel, les charges de son cabinet médical et de son personnel s’il salarie des personnes pour l’assister.

Tous ces frais sont évidemment absents pour un chirurgien qui travaille dans un hôpital. Il occupe le bloc de l’hôpital, les infirmières sont salariées par l’hôpital et le salaire qu’il perçoit en fin de mois est une rémunération nette.

Cependant, que le chirurgien soit libéral ou non, il devra automatiquement prendre une assurance. Cette assurance couvre les risques liés à son métier. Notamment en cas d’erreur médicale. Sans assurance, le chirurgien s’expose à devoir payer lui-même les frais liés à une procédure judiciaire. Les primes d’assurances pour chirurgiens sont conséquentes, et à la hauteur des responsabilités qu’il détient. Elles s’élèvent à environ 12.000 euros par an.

Sources :

https://www.cidj.com/metiers/chirurgien-chirurgienne

https://www.emploi-pro.fr/edito/article/le-salaire-moyen-des-medecins-hospitaliers-est-de-89-339-euros-par-an-aea-2192

https://www.regionsjob.com/observatoire-metiers/fiche/chirurgien

http://www.journaldunet.com/business/salaire/chirurgien/salaire-00283

https://www.l4m.fr/emag/metier/sante-social-25/chirurgien-esthetique-13538

Chirurgien.ne

https://references.lesoir.be/article/combien-gagne-un-sp%C3%A9cialiste-dans-un-h%C3%B4pital-belge/

Laisser un commentaire