Salaire d’un frigoriste

Le technicien frigoriste, ou plus simplement appelé « frigoriste », est un véritable spécialiste des appareils et techniques liées au domaine du froid. Mais contrairement à ce que le nom du métier suggère, ce professionnel travaille non seulement sur les systèmes réfrigérés mais aussi sur les climatisations. Suivant sa formation, sa spécialité ou ses missions, le frigoriste est amené à concevoir et fabriquer ces appareils du froid, mais aussi à les installer ou à assurer leur maintenance régulière. Comme tout bon professionnel qui se respecte, le frigoriste a pour objectif d’assurer le bon fonctionnement des appareils afin que les normes d’hygiène, de confort et de sécurité des personnes soient respectées.

En quoi consiste le métier de frigoriste ?

Le technicien frigoriste peut être amené à exercer dans une large variété de structures, allant d’une société spécialisée dans le froid à un consortium industriel, en passant par un aéroport ou une grande surface. Et il en va de même pour les installations et matériels que le professionnel côtoie au quotidien : climatiseurs, systèmes de réfrigération, pompes à chaleur, enceintes climatiques ou thermiques, chambres froides… Bref, le frigoriste est amené à travailler dans tous les domaines associés au froid.

Dans le domaine de la climatisation, le frigoriste travaille en collaboration avec l’ingénieur dans les entreprises commerciales ou les industries spécialisées dans les matériels frigorifiques. Mais il peut également intervenir exclusivement pour une installation, une maintenance ou une surveillance. Dans ce cas, il travaille souvent seul, dans un environnement fermé, et tout en tenant compte des consignes de sécurité pour l’exposition à des températures extrêmes. Quoi qu’il en soit, le métier de frigoriste implique de fréquents déplacements pour couvrir les différentes zones d’intervention : atelier de fabrication, usine, clients grands-comptes ou particuliers…

Quelle formation pour devenir frigoriste ?

Différentes voies de formation existent pour devenir frigoriste, certaines écoles supérieures proposant des cursus de formation spécialisées dans la climatisation ou les systèmes réfrigérés. Il existe dès lors différents niveaux de formation permettant d’accéder au métier :

  • CAP :
    • CAP installateur en froid ou conditionnement d’air ;
    • CAP monteur en installations thermiques.
  • Bac professionnel :
    • Bac pro TFCA (Technicien du froid et du conditionnement d’air) ;
    • Bac pro TISEC (Technicien en installation des systèmes énergétiques et climatiques) ;
    • Bac pro IDFCA (Installateur, dépanneur en froid et conditionnement d’air) ;
    • Bac pro MIGCS (Monteur en installation du génie climatique et sanitaire).
  • Bac+2
    • BTS MS (Maintenance des systèmes, formation spécialisée en systèmes énergétiques et fluidiques) ;
    • DUT GTE (Génie thermique et énergie) ;
    • BTS FED (Fluides énergies domotique, formation spécialisée en froid et conditionnement d’air).
Un spécialiste des appareils et techniques liées au froid
Un spécialiste des appareils et techniques liées au froid

Salaire : combien gagne le technicien frigoriste ?

Fraîchement diplômé, le technicien frigoriste est embauché à 1 500 € jusqu’à 1 900 € en fonction de sa ville de profession. Le chef d’équipe ou superviseur peut, quant à lui, gagner entre 1 800 € et 2 500 €. Après quelques années d’expérience en tant que superviseur, le salaire du frigoriste peut être révisé à 2 200 € jusqu’à 2 500 € selon que le professionnel exerce en province ou en région parisienne. À la fin de sa carrière, le technicien frigoriste peut recevoir entre 2 750 € et 3 300 €. Enfin, le salaire du frigoriste en intérim est de 25 500 € à 28 000 € par an (équivalent à 13.54 € par heure, en moyenne).

Il faut noter que cette fourchette de salaire est seulement à titre indicatif et peut varier en fonction de l’entreprise, suivant la taille de l’entreprise mais aussi de la région où le professionnel exerce. Il faut savoir aussi que la demande de professionnels est très forte dans le domaine du froid. Ainsi, il arrive que la rémunération soit plus conséquente chez une entreprise ou une autre.

Les débouchés du métier de frigoriste

En France, les statistiques prédisent que le salaire moyen des techniciens frigoristes oscille entre 28 000 € et 32 000 €. Il est à rappeler que le besoin de professionnels est en forte hausse dans ce domaine, une conséquence indirecte des nouvelles normes environnementales associées à l’économie d’énergie. Ainsi, les débouchés du métier restent stables toute l’année, mais l’on peut observer un certain pic d’activité en été, que le professionnel travaille en entreprise ou à son propre compte.

Quel salaire pour un frigoriste ?
Quel salaire pour un frigoriste ?

Quelle évolution pour la carrière du frigoriste ?

Les nouvelles contraintes d’énergie et de développement durable sont très favorables à la demande de personnel qualifié dans le secteur du froid. Ainsi, avec un minimum d’expérience ou après avoir suivi une formation complémentaire, le technicien frigoriste peut briguer des responsabilités plus importantes, notamment en devenant chef d’équipe, chef d’atelier ou encore responsable des interventions.

En effet, après avoir occupé son poste pendant quelques années en tant que simple technicien frigoriste, le professionnel peut tirer parti de ses compétences acquises pour s’offrir de nombreuses possibilités d’évolution. Et si les postes d’encadrement restent le meilleur choix pour une quelconque promotion, le frigoriste peut également se convertir vers des fonctions de technico-commercial. Une fois qu’il monte en grade, le professionnel peut toucher ensuite un salaire d’environ 2 500 € bruts par mois, en fonction de son parcours dans l’entreprise. Et cette évolution de salaire se poursuivra au fil des années, même si le frigoriste n’accède pas à de nouvelles responsabilités.

Quoi qu’il en soit, si le frigoriste indépendant bénéficie d’une plus grande liberté dans son métier, le technicien frigoriste interne doit, quant à lui, se plier aux conditions de travail contraignantes en entreprise.

Laisser un commentaire