Salaire d’une infirmière

Les infirmières font partie du corps médical et sont les personnes les plus présentes. Ce sont elles que les patients voient et ce sont elles qui ont le plus de contact avec eux. Mais au juste, combien gagnent-elles exactement ? Quel est leur salaire, et pour quelles conditions de travail ? Car on peut déjà dire que ces dernières, ces conditions de travail, sont réputées difficiles…

En quoi consiste le métier d’infirmière ?

Une infirmière peut travailler aussi bien dans le public que dans le privé avec, par exemple, les cabinets libéraux. Cela dit, le diplôme d’État d’infirmier est obligatoire pour celui qui veut exercer cette profession. Elle est donc protégée.

Dans un hôpital, l’infirmière est un maillon important, si ce n’est celui qui est essentiel, dans l’équipe médicale… Elle doit être capable d’apporter son aide dans l’élaboration du diagnostic par le médecin. Elle apporte son expertise et sa connaissance du patient puisque c’est elle qui prend les paramètres et le suit quotidiennement. Grâce à ses connaissances de base en médecine, elle est donc capable d’aiguiller au mieux le médecin vers le diagnostic correct.

Le quotidien de l’infirmière est rythmé par plusieurs tâches. Elle doit procéder aux soins spécifiques et aux soins d’hygiène des patients. Et cela en fonction de l’état de santé du malade. Ces tâches incluent la prise de la tension et de la température, la pose de pansements, les prélèvements sanguins pour analyse si nécessaire ou la pose de sonde pour des injections (intraveineuses).

Une infirmière doit également préparer son patient avant que celui-ci n’aille au bloc opératoire. Elle doit donc s’assurer qu’il s’est lavé et désinfecté, qu’il ait mis sa blouse, ses bas de contention, etc.

Enfin, son travail nécessite également de faire de l’administratif et de compléter les dossiers pour que le suivi du patient se fasse au mieux. Il s’agit là d’une tâche chronophage…

L’infirmière est donc le maillon qui permet de relier le patient avec le milieu hospitalier. Elle en est la figure et il lui incombe donc d’avoir un côté psychologique. Elle doit rester à l’écoute du patient et de sa famille, l’aider dans le suivi psychologique, etc.

Le métier d’infirmière est donc aussi éprouvant physiquement que psychologiquement !

Deux faits marquant sont à noter également :

  • il s’agit d’un métier qui possède beaucoup de contraintes au niveau des horaires. Pour que les milieux hospitaliers fonctionnent correctement, il faut des infirmières aussi bien en journée que la nuit. Et le week-end ne fait pas exception !
  • il s’agit d’un métier à très forte proportion féminine. Environ 87 % des infirmiers sont en fait des infirmières.
Les compétences d'une infirmières sont multiples au cours d'une carrière
Les compétences d’une infirmières sont multiples au cours d’une carrière

Où travaille une infirmière ?

Les infirmières travaillent le plus généralement en milieu hospitalier : hôpitaux, cliniques ou encore dans des établissements privés. Mais d’autres ouvrent un cabinet en libéral (2.000 à 3.000 par an).

Il est également possible de travailler dans le milieu scolaire (les fameuses infirmière d’école), dans la médecine du travail ou encore dans les institutions para-hospitalières. Parmi ces dernières, on compte les centres d’accueil, les maisons de soins et de repos, les centres de réadaptation, les centres de soins palliatifs, etc.

Comment devenir infirmière ?

Pour devenir infirmière, il faut faire des études appropriée et obtenir le diplôme d’infirmière pour pouvoir exercer la profession.

L’accès à ces études se fait à présent via la plateforme PARCOURSUP. Comme pour toutes les études, les étudiants et jeunes formulent des souhaits. Par exemple, celui de « formation en soins infirmiers. » Ils ont également la possibilité d’exprimer des sous-vœux, au cas où il n’y aurait plus de places vacantes. Il faut aussi savoir qu’à partir de 2019, les stages de préparation seront pris en compte dans l’attribution des formations et seront valorisés.

Il n’y a donc plus de concours d’entrée pour intégrer un IFSI (Institut de Formation en Soins Infirmiers). Les personnes acceptées ne le seront que sur dossier.

La formation en soins infirmiers dure 3 ans. Et durant cette période, les étudiants qui ont pu intégrer une formation suivent des cours à l’université et des stages pratiques en milieu hospitalier. A la fin des 3 ans de formation, ils reçoivent un diplôme d’Etat d’infirmier.

Il existe des spécificités qui rendent l’accès à la formation plus facile pour certaines personnes. Ainsi, les aides-soignants et les auxiliaires de puériculture peuvent avoir accès à la formation. Pour eux, cela revient à une promotion professionnelle.

Autre spécificité, les infirmiers et infirmières qui souhaitent travailler dans l’éducation nationale et dans l’enseignement supérieur doivent d’abord passer un concours d’entrée avant de pouvoir intégrer la fonction publique. Ce concours d’entrée se constitue d’abord d’une épreuve orale qui évalue l’admissibilité de la personne au sein de la fonction publique. Puis ensuite d’une seconde épreuve orale qui détermine si l’infirmière pourra ou non être admise. Ces concours sont organisés par les recteurs d’académie.

L’évolution dans la carrière

Un infirmier peut décider de se spécialiser dans tel ou tel domaine. Cela lui permet de travailler dans un secteur déterminé et de pouvoir prétendre à une revalorisation salariale si la spécialisation est prise en compte dans le calcul de la rémunération.

Après quelques années dans le métier,  en effet, une infirmière peut suivre une formation si tant est qu’elle a réussi un concours. Il existe différentes spécialités. Par exemple : infirmier en bloc opératoire, infirmier anesthésiste (qui assiste l’anesthésiste, infirmier puériculteur (qui travaille dans les blocs de néo-nat, de pédiatrie hospitalière, etc.). Cette dernière spécialisation se fait en un an.

Il est également possible pour l’infirmière de gagner du galon au cours de sa vie professionnelle et de devenir infirmière-cheffe ou directeur de soins, ou encore cadre de santé (plus d’infos sur www.cadredesante.com).

L’infirmière peut également réorienter sa carrière et devenir formatrice dans un institut de formation (IFSI) ou dispenser des formations.

Dans ces cas-là, les barèmes applicables aux infirmières n’ont plus cours et le salaire relève d’une autre branche.

Une autre possibilité d’évolutions dans la carrière, et donc dans la rémunération, c’est le DEIPA. Le DEIPA est une formation qui équivaut au BAC +5. Elle est accessible aussi bien en formation initiale et continue pour les infirmiers qui possèdent un diplôme d’Etat qu’avec une équivalence européenne si l’infirmière a 3 ans d’expérience. Cette formation permet de devenir infirmière en pratique.

Ce statut est un peu particulier et confère de vraies responsabilités en terme médical à une infirmière. En fait, un médecin peut confier un patient à une infirmière en pratique pour des tâches qui ne sont pas du ressort d’une infirmière normale. Par exemple, elle peut renouveler les ordonnances du patient ou lui prescrire des examens médicaux. Il s’agit donc d’un statut entre celui de l’infirmier et du médecin.

Patient
Accompagner les patients est une des tâches les plus visibles des infirmières

Quel salaire pour une infirmière ?

Le salaire mensuel d’une infirmière qui débute dans la profession est d’environ 1 700 € brut par mois en début de carrière. Aussi bien dans les hôpitaux publics que dans le privé. Mais ce montant ne tient pas compte des éventuelles primes qu’elle peut recevoir. Il existe des primes de nuit, de week-end, etc. Ce salaire augmente avec les années et l’ancienneté.

En tant qu’infirmière libérale, on peut prétendre à un revenu de 2 000 ou 2 500 € mensuel, mais il ne faut pas compter ses heures pour atteindre ce montant. Le travail empiète sur la vie personnelle.

Cela dit, il existe des disparités entre le public, le privé et le statut d’indépendant. Et comme il s’agit d’un métier que l’on dit souvent en pénurie, l’infirmière fait l’objet de convoitise. Elle n’aura donc jamais à chercher trop longtemps avant qu’un hôpital ou une clinique ne l’engage.

La rémunération du secteur public

Le secteur public fait bien la distinction entre les infirmières qui ont un diplôme de base et ceux qui ont suivi une spécialisation. Les premières sont généralement considérées comme des infirmières de grade 1 ou 2, tandis que les secondes sont considérées comme des infirmières de grade 3 ou 4 suivant leur spécialisation. De plus, le secteur public tient compte de l’ancienneté et la rémunération brute évolue en fonction d’échelons. Il n’y a pas de surprise et le traitement sera identique dans toute la France. Enfin, le public offre certaines primes comme celles pour le travail de nuit ou de week-end, l’indemnité foyer-travail ou de résidence, etc.

Il ne faut pas non plus oublier que le secteur public recouvre un large panel de métiers possibles pour une infirmière. Même si on a souvent tendance à penser à l’hôpital, ou au milieu hospitalier en général, en premier lieu, il n’en reste pas moins qu’il est également possible de travailler dans des maisons d’accueil, des maisons de soins (palliatifs ou non), des maisons de repos, des hôpitaux psychiatrique. Certains secteurs donneront d’ailleurs une prime de pénibilité ou autre qui n’existe pas dans les autres secteurs. Enfin, le statut d’infirmière cheffe permettra de gagner plus puisqu’il s’agit d’une fonction à responsabilité.

Le secteur privé

Pour les infirmières travaillant dans le privé, leur rémunération est régie par une convention collective. Et des différences peuvent voir le jour… De manière générale, on peut décrire le secteur privé comme un secteur qui donne plus de souplesse à ses infirmières, mais qui, en échange, les rémunère moins bien. Le salaire moyen d’une infirmière du privé est de 2 215 € par mois.

Le statut d’indépendant

Le statut d’indépendant est à part et possède du pour et du contre. En général, les infirmières qui se lancent dans cette aventure ont déjà plusieurs années d’expérience et réorientent leur carrière. En tant qu’indépendante, comme dans tous les secteurs d’activité, la rémunération dépendra du travail fourni. Et donc des heures prestées. Mais d’autres facteurs entrent en ligne de compte, comme les soins prestés, etc. Pour autant, il ne faut pas espérer faire des soins onéreux toute la journée. C’est illusoire. Et de plus, un soin qui coûte cher est souvent un soin qui prend plus de temps.

L’infirmière indépendante ne gagnera donc de l’argent qu’en augmentant sa patientèle petit à petit. Et le plus souvent, celle-ci se renouvelle puisque souvent ce sont des personnes qui ne nécessite des soins que pendant un laps de temps déterminé. Certains soins sont en outre remboursés par les mutuelles. Cela signifie que le patient ne paie rien lors de la venue. C’est à l’infirmière de faire ses comptes et d’introduire les demandes de paiements auprès des organismes concernés. Il ne faut donc absolument pas négliger la charge de travail que représente l’administratif pour un indépendant. Et c’est d’ailleurs pour cette raison que, souvent, les infirmières se regroupent entre elles pour couvrir une patientèle plus large et mettre en commun les tâches administratives.

Une infirmière qui travaille bien peut espérer un salaire mensuel brut de 5 000 à 6 000 €. Mais ce montant intègre les cotisations et autres charges qu’il faudra déduire. Il s’agit donc plutôt d’un chiffre d’affaires mensuel.

Infirmière accompagnant un patient
Etre infirmière, ou infirmier, nécessite d’avoir un excellent relationnel

Infirmière libérale, une opportunité ?

Une infirmière peut décider de s’installer en libéral à son compte. Mais pour cela, il faut qu’elle ait travaillé 3 ans en milieu hospitalier. Mais une installation en libéral coûte souvent de l’argent puisqu’il faut acheter son matériel, trouver un cabinet, etc. Il faut donc prévoir un budget.

Cependant, certaines zones sont en pénurie et les administrations locales offrent des primes (parfois confortables) à qui viendra s’installer chez eux.

L’infirmière libérale peut compter sur le milieu hospitalier en difficulté pour développer sa clientèle. En effet, il existe actuellement un problème de désertification médical qui pousse à centraliser les hôpitaux, laissant le champ libre aux alternatives comme les infirmières en libéral.

Ensuite, une infirmière libérale peut suivre des formations pour élargir ses horizons de clientèle. Ainsi, il existe des formations en ostéopathie par exemple.

Laisser un commentaire