Comment ouvrir un commerce

Comment ouvrir un commerce ?

Le secteur commercial est un domaine attrayant et il garantit un succès financier à condition de bien maîtriser le sujet. De nombreux entrepreneurs souhaitent ouvrir leur propre boutique. Certains d’entre eux évitent de se lancer par manque d’informations concernant les démarches nécessaires de lancement. Les règles de base sur la création d’entreprise sont communes, mais chaque démarche reste unique.

Quelles sont les étapes pour ouvrir un commerce ?

Les démarches pour ouvrir un commerce sont nombreuses, mais loin d’être compliquées. L’important est de se diriger vers le bon endroit, contacter les bonnes personnes et établir une liste de priorité des tâches à faire.

Comment ouvrir un commerce
Il est important de bien planifier les différentes tâches à accomplir

Élaborer un business plan

Le business plan est un élément essentiel pour quiconque souhaite ouvrir un commerce. Il s’agit d’un dossier dans lequel le projet proprement dit est abordé, tenant compte du contexte, de l’évolution des activités et des éventuelles failles. Cet outil permet de savoir si l’entrepreneur se lance dans de bonnes conditions. Connaitre cette position est important surtout pour les premières années d’exercices.

L’entrepreneur réalise lui-même son business plan avec l’aide d’un professionnel ou bien en s’inspirant des modèles des autres ayant réussi. À noter que certains sites web en proposent en format déjà prêt à employer. Ce dossier contient généralement :

  • Les synthèses sur l’étude de marché ;
  • Le budget prévisionnel ;
  • Les objectifs à atteindre dans une durée déterminée ;
  • La structure du projet.

Réaliser une étude de marché

L’étude de marché est une opération visant à connaitre la faisabilité du projet. L’entrepreneur se place dans une sorte de réalité virtuelle pour déterminer à l’avance si – oui ou non – le projet a des chances d’aboutir. Pour ce faire, il essaie déjà de simuler l’ouverture de la boutique à un endroit potentiel pour estimer l’affluence de la clientèle sur une zone et une durée donnée.

L’évaluation de la concurrence est importante dans une étude de marché. Cette concurrence représente un facteur risque pour la boutique. L’entrepreneur devra user de diverses stratégies pour l’affronter. Il a la possibilité de s’orienter vers un autre type de produit qui n’est pas commercialisé dans les alentours dans le cas contraire.

Le succès des produits à vendre est à tenir en compte. Il serait imprudent d’investir dans un projet qui n’intéresserait personne. Pour faire simple, l’entrepreneur doit disposer d’une cible précise et existante pour éviter la faillite.

Préparer les démarches administratives

Quiconque ouvre un commerce passe obligatoirement par des démarches administratives pour exercer une activité en règle. Le CFE ou Centre de Formalités des Entreprises et la CCI ou Chambre de Commerce et d’Industrie sont les entités compétentes et aptes à accompagner les personnes qui souhaitent se lancer dans ce type de business.

C’est vers ces organismes que l’entrepreneur devrait se tourner en premier lieu. Elles recommandent généralement l’élaboration de différents dossiers, notamment :

  • Une déclaration au service des impôts ;
  • Une immatriculation auprès du RCS ou Registre du Commerce et des Sociétés ;
  • Un statut juridique…

Choisir un statut juridique

Le choix du statut juridique figure parmi les décisions obligatoires pour ouvrir une boutique ou une franchise. Il impacte sur les dossiers concernant non seulement la fiscalité, mais aussi l’imposition. 2 options s’offrent aux entrepreneurs, à savoir ouvrir un commerce seul ou bien en collaboration avec des partenaires.

Comment ouvrir un commerce
Le choix du statut juridique influe sur les obligations de la future entreprise

Dans le premier cas, il s’orientera vers l’un de ces modèles de statuts juridiques suivants :

  • EI ou Entreprise Individuelle ;
  • EIRL ou Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée ;
  • EURL ou Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée ;
  • SASU ou Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle.

Dans le second cas, il choisira entre :

  • SA ou Société Anonyme ;
  • SNC ou Société en Nom Collectif ;
  • SAS ou Société par Actions Simplifiée ;
  • SARL ou Société À Responsabilité Limitée.

Connaitre la fiscalité qui régit les commerces

Chaque entrepreneur souhaitant ouvrir un commerce devrait se renseigner sur les impôts et les différentes taxes auxquels il est assujetti. Les chiffres d’affaires réalisés chaque année définissent le régime de chacun. Voici les différents impôts et taxes existants à envisager :

  • Impôts sur les revenus des commerçants catégorisés dans l’entreprise individuelle ;
  • Impôts sur les entreprises déclarées en SA ou SARL ;
  • Taxes sur les surfaces de la zone commerciale ;
  • Taxes sur la Valeur Ajoutée ou TVA (définies en fonction des prix de vente des produits, impôts, etc.) ;
  • Sommes à payer pour la diffusion de musique au sein du magasin.

Quelles sont les démarches complémentaires et essentielles pour ouvrir une boutique ?

Cette partie est surtout dédiée aux caractéristiques spécifiques à chaque boutique ou magasin. Le propriétaire va opter pour le modèle, le style et autres détails qui vont démarcher son commerce. Ici, le dernier mot lui revient. 

Le choix du local

La recherche du local est normalement effectuée en réalisant l’étude de marché. Plusieurs moyens s’offrent au futur commerçant pour en trouver. D’abord, il y a les agences immobilières qui diffusent des annonces dans les journaux et sur internet. Elles proposent des offres dans diverses zones géographiques.  

Ensuite, les petites annonces des particuliers dans les journaux et sur internet regorgent d’adresses intéressantes.

Enfin, les amis et connaissances peuvent constituer des sources fiables pour trouver un bon local. Tenir compte des 3 critères ci-après est important lors du choix de la future boutique notamment :

  • Le loyer : il faut tenir compte du chiffre d’affaires et des autres charges pour éviter la faillite ;
  • La zone géographique : situer le local dans un endroit potentiel comme une rue de passage par exemple ;
  • L’accessibilité : opter pour une adresse facile d’accès munie d’un parking est recommander.

Le modèle de commerce : isolé ou organisé ?

Le choix du type de commerce revient au commerçant, sachant qu’il est ici question de commerce indépendant. Cela veut dire que l’entreprise est gérée par une personne ou par plusieurs fonctionnant de façon indépendante.

Comment ouvrir un commerce
Le choix doit être fait être fait entre un commerce isolé ou organisé

Le commerce indépendant se décline en 2 modèles à savoir le modèle isolé et organisé. Le commerçant gère sa boutique seul dans le premier cas. Il travaille pour son propre compte. Autrement dit, il n’appartient pas à un réseau de distribution. Cette forme est la plus répandue.

Contrairement au premier modèle, le second fonctionne de manière plus solidaire. Il collabore avec des entités durant l’ouverture et l’exercice du commerce. Dans ce cas-ci, il existe 2 types de commerces indépendants organisés existent à savoir :

  • La franchise : la boutique (franchisée) représente une marque (franchiseur), cette dernière lui inculque le savoir-faire nécessaire pour bien vendre les produits et les 2 sont dépendantes ;
  • Le commerce associé : il s’agit d’une collaboration entre plusieurs commerçants indépendants qui sont tenus de respecter une politique commune à tous.

L’estimation du budget

L’aspect financier est primordial pour un commerce. Il doit être étudié de près et de façon minutieuse pour éviter que la boutique ne fasse faillite au bout des premiers mois d’existence. Pour ce faire, l’entrepreneur dresse un dossier dans lequel toutes les dépenses et les besoins sont indiqués de façon exhaustive. Il englobe plusieurs paramètres, mais les plus importants sont les suivants :

  • Le montant alloué pour le lancement de la boutique et les diverses préparations ;
  • Le budget mensuel et annuel alloué aux charges fixes et variables (salaire des employés, loyer, achats, taxes, etc.).

Le nom de la boutique et les produits proposés

Choisir le nom commercial du magasin est une étape à ne surtout prendre à la légère. Une astuce consisterait à opter pour celui qui serait facile à retenir tout en restant frappant. Une vérification auprès de l’INPI permet de confirmer que le nom choisi n’est pas utilisé par une autre enseigne.

Quant aux produits proposés pour la clientèle, ils devraient être étudiés en fonction des besoins à proximité de la localisation du magasin. Parallèlement, tout ce qui a trait aux ventes doit être clairement défini : les atouts et points faibles du produit, modalités de paiements, modes de livraison, prix de vente, service après-vente, etc.

Quels sont les conseils adaptés pour réussir l’ouverture de son commerce ?

Connaitre les organismes de référence

Se renseigner auprès des entités compétentes reste utile dans le cas où le commerçant a besoin d’un accompagnement ou de conseils. Nombreux sont les futurs commerçants ou ceux qui sont déjà en plein exercice de leur métier qui se tournent vers les entités suivantes :

  • L’UNCAI ou Union Nationale des Commerçants et Artisans Indépendants ;
  • La FFAC ou Fédération Française des Associations de Commerçants ;
  • La CDF ou Confédération des commerçants de France.

Chercher des financements

Une insuffisance du côté financier ne devrait pas représenter un blocage dans l’ouverture d’une boutique. En effet, il est tout à fait possible d’être financé. L’essentiel est de contacter les bonnes personnes et de savoir mettre en avant ses atouts pour les convaincre.

Les plateformes de financement sont destinées aux entrepreneurs qui souhaitent se lancer dans ce type de business. Elles regroupent les investisseurs privés qui proposent leur aide aux entrepreneurs en activité ou en cours.

Ces investisseurs privés financent les projets d’ouverture de commerce sous plusieurs conditions à savoir le professionnalisme et le sérieux du commerçant. D’où la nécessité de bien établir le business plan.

Une astuce consisterait aussi à se renseigner auprès des collectivités qui soutiennent volontiers la création d’entreprise. Ils peuvent trouver des solutions financières en cas de blocage à ce niveau. Certaines banques octroient, pour leur part, des crédits professionnels à ceux qui souhaitent se lancer dans l’aventure.

Conclusion

Réussir l’ouverture de son commerce passe obligatoirement par plusieurs étapes qu’elles soient administratives, personnelles, stratégiques et géographiques. Un entrepreneur peut faire appel à un professionnel ou une connaissance ayant déjà ouvert son magasin si besoin y est, pour être certain de prendre les bonnes décisions.

Laisser un commentaire