Comment devenir commissaire-priseur ?

Un commissaire-priseur se charge de la vente aux enchères de plusieurs types de biens mobiliers provenant de particuliers ou de saisies judiciaires. Le métier allie ainsi connaissances en art et compétences en droit. Comment alors faire pour intégrer ce domaine et réussir brillamment dans cette profession ?

Quelles sont les missions d’un commissaire-priseur ?

Un commissaire-priseur se charge principalement de la mise en vente de biens mobiliers comme les objets d’art, les voitures, les reliques ou encore les meubles pour le compte d’un particulier ou de la justice. Ses missions ne se limitent toutefois pas à cela, car il doit mettre en œuvre les meilleures tactiques pour garantir un travail de qualité.

Comment devenir commissaire-priseur ?
Le commissaire priseur est la personne chargé de la vente aux enchères de biens.

Pour commencer, il évalue les objets à vendre. Pour ce faire, il doit prendre en compte leur état, leur marque, leur taille ou encore leur valeur d’origine. Ils établissent ensuite une estimation du prix de départ en fonction de leur importance dans la société, de leur âge ou encore des tendances du moment. Cela nécessite des compétences particulières dans le domaine de l’art.

Le commissaire assure également la promotion des objets. Pour cela, il peut organiser une exposition privée (ciblée) ou ouverte à tout public afin que les potentiels acheteurs identifient déjà les pièces qui les intéressent. Il peut même collaborer avec des experts en informatique pour ouvrir un site web d’information.

Il organise aussi la vente aux enchères. Il détermine la date, la durée et trouve la salle adéquate. Selon la demande des clients, l’évènement peut être privé ou public. Le commissaire-priseur se charge d’envoyer des invitations aux personnes ciblées comme les collectionneurs ou les familles. Il crée également des catalogues détaillés afin que les participants aient toutes les informations en main durant la vente.

Enfin, le commissaire-priseur assure le bon déroulement de l’évènement. Il anime la vente et présente de manière brève, mais précise les objets à vendre. Il indique ensuite le prix de base et met tout en œuvre pour convaincre l’assistance à enchérir.

Quels sont les différents types de vente réalisés par un commissaire-priseur ?

Le commissaire-priseur peut organiser et animer deux types de vente :

  • La vente volontaire : il représente un particulier qui souhaite mettre en vente des objets de collection ou encore des mobiliers pour des raisons diverses ;
  • La vente judiciaire : il se charge de la vente des objets ou mobiliers saisis sous la décision d’un tribunal.

Dans les deux cas, le commissaire-priseur n’a pas le droit d’acquérir les objets qu’il met en vente. Il est à noter que la plupart de ces spécialistes proposent les deux services à la fois. 

Quelles sont les formations nécessaires pour devenir commissaire-priseur ?

La formation académique

Il faut être titulaire d’un double diplôme pour devenir commissaire-priseur :

  • Au moins un BAC +2 en droit ;
  • Au moins un BAC +2 en histoire de l’art, archéologie ou arts appliqués. Il est par ailleurs possible de suivre une formation artistique dans une école d’art et de demander une équivalence.

L’un des deux diplômes doit être à un niveau BAC +3 au minimum. En outre, il est important de remarquer que la majorité des commissaires-priseurs choisissent de se spécialiser dans une catégorie d’art (peinture, photographie ou encore relique) ou une période (paléolithique, contemporain ou encore moderne) en particulier.

Il faut ensuite réussir le concours afin de pouvoir effectuer un stage rémunéré de 2 ans suivi par un commissaire-priseur à l’issue duquel l’individu obtient une habilitation à s’occuper d’une vente volontaire. À noter que le concours est divisé en épreuves écrites et orales. Les thèmes abordés concernent évidemment l’art et le droit.

Ceux qui souhaitent se lancer dans la vente judiciaire doivent ensuite se présenter à un examen d’aptitude judiciaire. Leurs connaissances en réglementation professionnelle, en droit et en pratique des ventes seront évaluées à travers 3 épreuves orales.

Comment devenir commissaire-priseur ?
Pour devenir commissaire priseur il faut avoir de bonnes base en droit et en histoire de l’art.

L’évolution professionnelle

Il est également possible de s’inscrire à un examen d’aptitude pour devenir commissaire-priseur après avoir travaillé dans un bureau de vente volontaire pendant environ 7 ans ou après avoir exercé le métier de notaire, de magistrat ou d’huissier durant 5 ans. Il faut ensuite passer par le test d’aptitude judiciaire pour ceux qui souhaitent exercer dans la vente judiciaire.

Quelles sont les qualités requises pour devenir commissaire-priseur ?

Détenir les diplômes et les habilitations est insuffisant pour devenir commissaire-priseur. Il est aussi important de disposer des qualités humaines suivantes pour exceller dans le domaine.

Sens de l’observation

Le commissaire-priseur se charge de l’expertise des objets à mettre en vente. Il doit donc avoir un excellent sens de l’observation afin de déterminer le moindre élément qui pourrait compromettre l’authenticité de l’œuvre par exemple.

 Il est également important qu’il soit capable de détecter même les rayures les plus imperceptibles afin de pouvoir faire une estimation correcte de la valeur des objets. En effet, les collectionneurs ou les acheteurs ne passent pas à côté de ces détails.

Sens de l’analyse

Le commissaire-priseur doit principalement se baser sur l’état des objets à vendre, leur authenticité ou encore les besoins des potentiels acheteurs pour établir leurs prix de base. Il doit donc être capable d’analyser le marché et le pouvoir d’achat du public cible afin que la valeur proposée ne soit pas trop élevée ou trop basse.

En outre, il est aussi important qu’il ait de bonnes compétences en analyse de situation afin d’établir le meilleur plan de promotion des objets à vendre. Il est par exemple possible de se passer d’exposition dans certains cas si le budget ne le permet pas. Parfois, la création d’un site web ou d’une page dans les réseaux sociaux est amplement suffisante.

Sens de l’organisation

Un commissaire-priseur doit avoir un bon sens de l’organisation pour que la vente aux enchères se déroule correctement. Même s’il collabore généralement avec d’autres entités, il gère tout, de l’expertise des objets à la présentation de l’évènement et il ne doit rien oublier.

Il doit s’assurer que l’estimation de la valeur des œuvres soit terminée dans les temps et que les catalogues soient bien réalisés ou encore déterminer la durée de la campagne de promotion et la date de la vente aux enchères. En même temps, il veille à ce que tous les évènements liés à la vente en cours soient bien préparés. Autrement dit, il se charge de trouver les salles, les traiteurs, les services de sécurité ou encore de définir les invités. En bref, sa mission n’est pas des plus faciles alors il pourrait se perdre sans établir un planning précis.

Capacité à gérer les situations de crise et à travailler sous pression

Un commissaire-priseur a généralement peu de temps de repos lorsqu’il s’occupe d’une affaire, entre les rendez-vous de négociation et l’organisation. Par ailleurs, personne n’est jamais à l’abri des imprévus et des situations de crise. Peut-être un objet a-t-il disparu ou l’un des collaborateurs s’est retiré du projet à la dernière minute ?

Un bon commissaire-priseur doit savoir gérer tous les soucis qui peuvent se présenter avec calme et persévérance. Il est aussi capable d’établir rapidement un plan B pour remédier aux problèmes qui se présentent. Il est donc important qu’il soit créatif.

Comment devenir commissaire-priseur ?
Un commissaire priseur doit être attentif, observateur et apte à travailler sous pression.

Capacité à travailler en équipe

Bien qu’il soit l’organisateur des évènements, il est essentiel que le commissaire-priseur sache travailler en équipe et considérer les suggestions de chaque membre pour une collaboration harmonieuse et durable.

Il est également essentiel qu’il sache communiquer calmement et poliment avec les collaborateurs en cas de problèmes pour trouver rapidement des solutions. Il doit savoir léguer certaines responsabilités afin de pouvoir se concentrer sur l’essentiel. En plus de cette manière, les membres de l’équipe sentent l’importance de leur travail et sont disposés à fournir plus d’efforts.

Bonne présentation et maîtrise de la communication

Un commissaire-priseur est souvent amené à négocier avec diverses entités durant l’organisation des évènements. Il est donc nécessaire qu’il ait une bonne présentation physique qui suscite la confiance des potentiels collaborateurs. Il doit également avoir un bon sens relationnel et savoir exprimer ses arguments afin de les convaincre.

En outre, il est essentiel qu’il sache mettre en avant les points forts des objets pour convaincre les potentiels acheteurs à élever les enchères durant la vente. Il doit aussi maîtriser toutes les techniques de communication afin de captiver l’attention de l’assistance et d’éviter qu’ils ne s’ennuient.

Quel est le salaire d’un commissaire-priseur ?

Le salaire d’un commissaire-priseur varie selon la valeur des objets pour une vente volontaire. En effet, il perçoit généralement une commission évaluée par rapport aux prix atteints de la part des acheteurs (aux alentours de 9 %) et des propriétaires (aux environs de 7 %). Toutefois, les trois partis sont libres de négocier des taux plus élevés.

Le montant de la rémunération est par contre imposé par un décret pour la vente judiciaire. Il est fixé à 16 % de la valeur estimée pour une enchère publique.

En moyenne, le salaire d’un commissaire-priseur en France varie entre environ 2 150 et 13 700 bruts mensuellement. Les impôts et charges qui viennent se déduire à cette rémunération sont d’environ 60 % comme prévu par la réglementation des professions libérales.

Pour conclure, ce métier pourrait intéresser les amateurs d’art. Il est toutefois nécessaire de détenir un double diplôme, en droit et dans le domaine de l’art, pour avoir le droit de passer les examens d’aptitude pour devenir commissaire-priseur. Enfin, il est essentiel de  noter que ce métier requiert une personne disposant d’un excellent sens de l’organisation et maîtrisant les techniques de communication.

Laisser un commentaire